Les présents témoignages ont été envoyés de manière anonyme suite aux conversations initiées par Sophie G.Sirois sur les pages Facebook de Rassemblons tous les joueurs de GN et FDGNQC – Parlons GN en juin 2020. Ils peuvent être courts, longs, avoir été vécus par la personne ou bien seulement vus. Certains témoignages nous on été envoyé à l’écrit, d’autres racontés de vive voix. Ils seront publiés sans ordre particuliers et le français sera révisé afin de maintenir une certaine uniformité et pour mieux protéger l’anonymat des victimes et témoins.

Des traumavertissement (trigger warning) seront utilisés là où nous le pensons nécessaire. N’hésitez pas à communiquer avec nous si vous croyez qu’un témoignage bénéficierait d’un tel avertissement. Ces témoignages en sont tous de sexismes ou de violences sexistes. Les traumavertissements qui reviendront le plus souvent sont:

  1. Mention/scène/victime d’agression sexuelle
  2. Mention du mot/scène/trame impliquant vi*l
  3. Harcèlement sexuel
  4. Langage putophobe
  5. Slutshaming
  6. Prédation sur personnes mineures

Afin de ménager les victimes, le mot à quatre lettres signifiant une agression sexuelle sera censuré à chaque fois.

Nous invitons toute personne ayant été victime ou témoin de comportement sexiste dans le cadre d’une partie de jeu de rôle grandeur nature ou sur table à nous faire parvenir son témoignage anonyme via notre page Facebook. ——- https://www.facebook.com/melusine

————————

J’ai commencé les GN dans une activité où l’âge minimum était 13 ans. Il y avait des jeunes joueurs et joueuses, et il y en avait des moins jeunes. J’étais trop jeune à l’époque pour comprendre à quel point ce qui se passait n’avait pas d’allure. Un été particulier restera toujours gravé dans mon esprit, celui où j’ai été la cheffe de mon groupe, et nous étions un groupe d’environ 8 joueuses, avec seulement 2 gars. Aucune d’entre nous n’était majeure, et à l’exception de moi-même, toutes mes amies se sont fait courtiser par des gars plus vieux qu’elles. Pis pas juste un peu plus vieux. On parle d’une fille de 14 ans qui est le fantasme avoué d’un homme de presque trente. On parle d’une fille de 15 ans en relation, pendant plusieurs mois, avec un homme de 22. Et les autres adultes autour qui ne disent absolument rien.

Je me souviens des adultes de cette époque, ils sont encore dans le milieu aujourd’hui, et j’espère qu’ils repensent à cette époque en ayant du dégoût envers eux-même et en travaillant activement à rendre les activités d’aujourd’hui safe pour nos jeunes joueuses.

Moi cette expérience là a très fortement défini qui je suis devenu en tant que rôliste. Je joue des femmes fortes, tout le temps. Je ne joue presque jamais de concept avec mon conjoint, parce que je ne veux pas être « la blonde de », nous avons joué un couple une seule fois en 12 ans de jeu. Je commence à peine à être à l’aise dans les rôles où je ne cache pas ma féminité, et je m’attends toujours à ne pas être prise au sérieux sur la base de celle-ci.


Témoignage masculin
Traumavertissement – prédateur sexuel

J’ai pas vécu directement ce genre de situation. Je ne suis pas une femme, mais j’ai été témoin de quoi de dégueulasse l’an passé qui m’a fait quitter un gn.

Un joueur présent, un gars avec un passé d’agressions sexuelles, de harcèlement et qui tourne pas mal autour des filles de borderline 18 ans, parfois en dessous.

Je n’étais malheureusement pas au courant de tout avant que des filles que je connais et respecte me parlent de leur passé avec. Une des joueuses qui avais eu des démêler avec lui décida d’en parler au gars responsable des plainte au gn. Le gars scandalisé d’apprendre ça et de se voir confirmer les dires par des fille qui ne jouaient pas à ce gn, fait parvenir le tout à l’organisation pour qu’elle agisse avec vigueur.

Décision du conseil d’administrations (le gn est une osbl) : faire confronter la joueuse face à son ancien agresseur pour tirer le tout au clair. Le responsable des plaintes a démisionné du gn et perso j’ai barré ce gn de ma vie car toxique selon moi.


Traumavertissement – mention de scène de vi*l, mention de violence conjugale

On ne mentionnera pas les trames douteuses qui ont été imposées à certaines joueuses non plus. Comme par exemple la trame de vi*l par un général Orc d’une joueuse, ou la trame de violence conjugale imposée sous peine de perdre son perso à une autre.
————–

Lire des témoignages ici peut aider à faire réaliser la présence du sexisme en GN. C’est déjà une bonne étape.

Mais je vais vous demander de faire un autre exercice que la lecture. Un peu d’introspection.

J’aimerais que vous réfléchissiez au nombre de fois que ce genre d’évènements est arrivé sous vos yeux :

– Une personne justifiant sa misogynie (ou celle d’un autre) par l’excuse que « C’est le personnage / C’est historique / C’est pas grave ».
– Une compétition en jeu ne pouvant être gagné que par les hommes / où seuls les hommes peuvent participer.
– Un personnage féminin complètement ignoré / rabaissée / poussé au silence pour aucune bonne raison.
– Des commentaires déplacés sur la tenue d’une femme / la sexualiser par son langage.
– Un sous-entendu qu’une joueuse féminine n’y connait rien / complètement ignorer la joueuse lorsqu’elle parle des règles.
– Une intimidation physique réelle pour réduire au silence une joueuse.
– Une minimisation des plaintes des joueuses (C’est juste qu’elle est trop sensible) / victim-blaming (Elle l’a cherché)

Vous avez sûrement été témoin d’un évènement de ce genre dans votre carrière de GNiste. Avez-vous agi par rapport à celui-ci? Il est fort possible que vous n’en étiez pas conscient, ou que cela vous as pris au dépourvu.

Mais maintenant que vous en êtes conscient, que feriez-vous de différents?

Car je vous le dis : aller se plaindre à l’organisation fonctionne rarement. Et même se trouver des alliés masculins n’est pas nécessairement suffisant.

Il faut un mouvement de groupe pour faire bouger les choses, et il faut arrêter de penser que les femmes victimes vont magiquement régler les problèmes par elle-même. Les femmes sont victimes car elles sont

1. Minoritaires, donc peu de pouvoir de groupe (facile à isoler).
2. Devant faire face à de lourds préjugés (incompétence, ignorance, faiblesses, etc). Donc forcément, vous devinez qu’elles ne peuvent magiquement se lever contre une masse qui ne veut pas agir, qui ne veut pas déranger, ou qui souhaite garder le système d’oppression en place.


Quand j’ai commencé dans un GN, on était un groupe de jeunes (16-18 ans) qui se connaissaient entre-nous puisqu’on faisait du GN pour jeunes avant. J’étais la seule fille et j’ai réalisé que les jeunes ne sont pas super bons pour détecter le sexisme. Ils se disaient des blagues entre eux très irrespectueuses; les femmes c’est capable de rien faire, les femmes c’est juste pour ci, les femmes c’est ça. Ils trouvaient ça bien drôle, pas moi. J’en ai pris un de côté et je lui ai dit: Tse ce que vous dites, en tant que femme, je trouve ça vraiment dérangeant, ça me dérange vraiment beaucoup. Il m’a regardé vraiment surpris et m’a dit qu’il ne le savait pas et qu’il allait faire attention et arrêter. Je n’ai plus entendu de conneries comme ça par la suite. Tout le groupe a arrêté parce qu’ils ont compris que c’est dérangeant. Ils ne se sont pas défendus, ils ne m’ont pas obstiné, ils ont arrêté parce qu’ils ont compris et j’ai apprécié.


Traumavertissement – sous-entendu d’agression sexuelle

J’ai commencé le GN l’an dernier. Deuxième évènement mon personnage s’indignait sur l’iniquité d’une situation. Ça pas été très long avant qu’on me lance: “Bon, encore une mal baisée. Amenez-la moi dans ma grotte, je vais lui corriger ça. “

Tout le monde au tour ne dit rien ou rie jaune…

Moi je l’ai reçu comme un ferme ta gueule tu n’es qu’une femme. C’est pas facile quand tu commences à faire du RP. Ça prend quand même du courage pour vaincre sa timidité, alors c’est sûr que se faire sortir ce genre de commentaire ça peut en faire abandonner plus d’une. Heureusement pas moi! Reste que la grosse majorité des hommes en GN sont super respectueux.


Je sais me défendre, j’ai 32 ans, mais ne peux vous dire qu’à presque chaque GN que je fais, je vie au moins une situation plate juste parce que je suis une fille (un commentaire, un roleplay diminuant). Je passe bien par-dessus maintenant, mais chaque fois ça freine mon fun quand-même. Je me dis qu’une fille timide plus jeune dans la même situation ne serait juste pas revenue. Le respect devrait être universel, mais les défis pour se faire respecter ne sont pas pareil pour chaque personne.


Depuis 4 ans je vais à la GB, j’ai eu la chance de pas avoir de problème. Première affaire : L’organisation a fait un truc trop cool : une escouade du bonheur : des gens de l’organisation se baladent et vous demandent si tout va bien, comment votre semaine se passe, etc. Et on peut leur parler de n’importe quoi.

Deuxième chose : je suis le genre de fille qui regarde autour d’elle pour vérifier que toutes les autres filles sont correctes. S’il y en a une qui a l’air mal à l’aise avec un gars qui la colle un peu trop/ désagréable/ en boisson ou peu importe, je vais la voir discrètement pour lui demander si elle est correcte et si elle veut que je la sorte de sa situation. Je pense que dans un monde idéal il n’y aurait pas besoin de ça mais en attendant, on peut aussi faire notre part et être attentifs à ceux/celles qui nous entourent afin de prévenir des trucs pas corrects.


Traumavertissement – scène de vi*l impliquant une mineure

Je sais que cela existe et je fais partie du club des petites de 14 ans, et je fais partis du club des gens qui a vécu un RP faux scénario de vi*l et je n’étais pas majeure.

Ouin non. Je repense à cela des fois pis je suis comme malaisée par les affaires weirds que j’ai vécu en GN


Je me rappellerais toujours dans mes premiers Gn. Un goupe s’emmerdait et avait décidé de capturer toutes les filles et de les numéroter… Les joueurs devaient avoir 25-30 ans facile… Ouain… stai poche (j’y avais échappé parce que jme promenais jamais sur les routes… pis j’étais beeeeeeeeennnnnn oubliable ^^’)

Si non l’éternel t’es la blonde de qui? Ah ok… Pis après perdre toute espoir que les gens sachent ton nom… ah ça c’est la blonde a XYZ (copain du temps).


N’étant pas une icône de la beauté populaire, j’ai pas vraiment subi d’harcèlement majeur. Par contre des gens qui ne considèrent pas que tu es pertinente et veulent juste parler à ton chum, ça oui, perpétuellement. C’est l’histoire de ma vie. Et je comprends que si j’étais vraiment impertinente ce serait un peu normal, mais pourquoi toujours vouloir se relayer à mon chum précisément. Cela m’a fait décrocher de bcp de games et certaines games que j’ai aimées c’est parce que j’étais venue pas de chum, j’en suis presque certaine ou que mon chum était dans un autre groupe (ce qui est un peu plate parce que quand tu veux jouer en couple, ça ne marche pas).


Moi j’ai déjà vu du pk sexiste sur des joueuses:

Je reviens de faire un npc driade et l’orga m’a dit de rester dans ce perso et aller vite aider le (seul et premier) groupe de fille car elle se font tuer sans arrêt par des joueurs. L’orga m’a dit de les guérir à volonté à coup d’un point par seconde… et c’était pas encore assez! J’étais débordé. Et les joueurs qui fesait ca : « Ah ouin t’es une guerrière toi? Ça existe pas les guerrières, une guerrière ça fait juste mourir. »

Les filles avaient pas de plaisir et sont parties avant le souper samedi.
C’est le pire que j’ai vu, ça fait genre 12-13ans déjà.
Mais j’ai entendu beaucoup de choses bien pires aussi…
Et oui le plus répandu je crois c’est de ne pas être prise au sérieux car t’es une fille, et le phénomène de « la blonde de ».
Ya des filles qui n’ont pas accès au même jeu que les autres.


Traumavertissement – mention de pensées suicidaires, langage putophobe, slutshaming

On était 3 ou 4 jeunes filles (là de manière stable) maximum sur 100 joueurs à l’endroit où j’ai commencé les gn: 2 en couple et 2 célibataires. J’ai fait partie des célibataires et clairement j’ai pas assez de place dans un post facebook pour décrire tout le drame qui en a découlé. Être une fille geek qui fait des gn au travers d’un paquet d’hommes célibataires (ou non) a été dans le top des pires expériences de ma vie.

J’ai eu la chance de ne pas trop vivre (ou du moins subir) de sexisme directement en jeu car l’organisation était attentive à ce genre de chose et j’avais 2 superbes mentores, 

(anonyme), et (anonyme), qui ont été pour moi à ce moment-là 2 modèles de femmes tellement fortes et qui m’ont permis d’apprendre à tenir mon bout dans les gn (celui-là et ceux à venir!).

J’ai quand même vécu pas mal de truc en jeu comme ceux écrit par tant d’autres femmes en commentaire, mais c’était plus gérable car au moins je savais me tenir et me battre pour moi grâce à elles… Mais le hors-jeu dans la communauté c’était une autre affaire. Rien ne te prépare à ça, surtout pas quand tu as entre 15 et 21 ans. Si tu étais pas « la blonde de xyz », tu étais basically un bout de viande que du monde s’arrachait sans prendre la peine de savoir qui tu étais.

J’ai eu un nombre incalculable de situations ou j’ai bien malgré moi « blessé » un qui trippait sur moi, un tel qui voulait sortir avec moi, etc. Finalement, alors que t’as jamais fait quoi que ce soit sauf exister tranquille et éviter le plus possible le champ de mine de ce genre de situation (ho et essayer de t’amuser hein, st’un gn!) tu te retrouves avec le titre de « trainée » ou « pute » du gn: les rumeurs, le shaming, les mensonges, la violence psychologique, éventuellement l’isolation sociale/la marginalisation…

Je peux dire que j’ai suffisamment eu de drama autour de moi sans le vouloir que, en incluant d’autres événements similaire vécu au club de jeu de rôle de mon cégep et dans des live de WoD (vampire), j’ai fini par penser que le suicide c’était pas dégeu comme option finalement. Je passe les détails de cette histoire, mon but est pas de trigger personne qui peut avoir vécu dequoi de similaire.

J’ai arrêté de faire des gn régulièrement et de m’impliquer plus sérieusement pendant plusieurs années, jusqu’à ce que je tombe sur le super team de Brumelance qui m’a redonné le gout en offrant des activités dans un climat attentionné et respectueux de tous. Un vrai safespace de gn Bref, que ce soit en jeu ou hors-jeu, la communauté de jeu de rôle était pas douce envers les femmes et bien que ce soit mieux maintenant, ce n’est pas une situation qui est réglée et il est important d’en parler comme on le fait présentement pour pouvoir changer tout ça.



Le nombre de rumeurs sordides à mon sujet qui circulaient d’un gn à l’autre… Si jme fiais à tous ce qu’on disait, j’avais toutes les ITS en même temps et je m’étais tapé le Québec au complet, très lourd… J’ai fini par me limiter dans mes choix de personnage, j’évitais par-dessus tous les rôles qui avaient un côté sexuel. Encore aujourd’hui je préfère la carte de la nunuche qui connait rien en jeu…et encore…


Témoignage masculin

Dans mes premiers gn j’avais rencontré une joueuse et notre RP avait fait en sorte qu’on sorte ensemble in game. J’étais fou raide et, n’ayant pas tant de succès en la matière dans la réalité, je n’ai pas pu m’empêcher de me faire des idées. J’ai su plus tard dans la même fin de semaine qu’elle était en couple et mais qu’elle appréciait bien que ce soit dans notre RP. J’étais jeune et ne savais pas trop comment agir et mon RP de couple est rapidement devenu pas très crédible. J’ai pris pour acquis que les joueuses étaient toutes en couple, ce qui m’a permis de m’occuper de mon jeu et de ne pas penser à draguer. On m’a dit par après que le milieu des gn était rempli de filles faciles, ce que mon expérience ci-racontée m’a poussé à ignorer.


Je dois avouer, je suis vraiment chanceuse. J’allais et je vais des gn où le sexisme c’est non. Par contre, malgré tout ce qui est mis en place par l’animation pour éviter ce genre de comportement il m’arrive souvent des situations ou j’ai l’impression de devoir crier deux fois plus fort pour avoir le même résultat qu’un gars. C’est souvent très énervant et je suis souvent très frustrée quand ça arrive.

Par contre, ça c’est rien. Ce qui m’énerve le plus c’est les hommes qui pensent que les femmes sont en gn pour flirter. À chaque année, peu importe le gn, j’en ai quelques-uns qui me tournent autour. Je suis rendue que lorsque je me mets à parler avec un gars je suis dans l’obligation de faire un disclaimer « je suis pas intéressée par toi, et je ne veux pas être en couple ». Pour certain ça passe et on est capable de se parler, mais il m’est arrivé de me faire dire « ah non, moi je fais pas du platonique ». Bref, ce que je déplore c’est cette impression que certains hommes en gn ne vois que les femme comme une pièce de viande. C’est pas normal que après un gn mon inbox se remplis de gars que je connais a peine qui me font des avances ou font mine de « vouloir me connaître ». Je vais pas en gn pour être en couple, je vais en gn pour décrocher et faire du rp.


Traumavertissement – slutshaming

Perso qu’un gars en gn vienne me parler, je sens que ça clique, on fait du rp ensemble, on rigole et qu’après la fds il m’add sur facebook on discute et peut être que ça clique, c’est chill. Je sais c’est qui, je le connais un peu et j’ai aucun problème.

Par contre, et c’est ce qui m’arrive le plus souvent et ce qui me dérange un peu, c’est les gars qui m’ont simplement vue dans le gn ou que j’ai à peine dit quelque chose à leur personnage et que tout d’un coup je suis l’amour de leur vie et ils viennent me parler après le gn sur facebook et qu’à tous les jours j’ai le droit à un message dans le style « bon matin princesse » jusqu’à ce qu’ils se tannent et m’envoient des wall of text comme quoi je suis juste une allumeuse et que je joue avec leur émotions. C’est vraiment plus ça qui me dérange et ça m’arrive vraiment souvent.

Sadly maintenant je prends plus de chance parce que par expérience ça tourne souvent comme ça pis je préfère être claire au lieu de me faire insulter.


Traumavertissement – langage putophobe, mention de rôle d’exploitation sexuelle

J’arrive dans l’organisation d’un grandeur nature (censuré pour maintenir l’anonymat de la victime). Le grandeur nature est assez trash, en général les filles sont pas mal reléguées aux rôles de support ou carrément aux putes/esclaves sexuelles. Hors-jeux l’organisation présente ne se gène pas pour lancer des « salope, bitch, pute » à qui mieux mieux. Moi je suis techniquement là pour aider à organiser pis pour amener plus de joueurs. Je manifeste mon inconfort par rapport au langage utilisé par les membres de l’organisation, parce que c’est des mots blessants pis que ni moi ni les joueurs qu’ils veulent que j’amène au GN n’apprécions ce genre de langage dégradant envers les femmes. La réponse fut « ben là t’arrives dans une gang de chums de gars, c’est à toi de t’adapter. »


Traumavertissement – mention du mot « vi*l », mention de sexualisation de jeunes filles, slutshaming

Je ne crois pas avoir été vraiment victime de harcèlement en GN, sexisme, oui, mais harcèlement… Je suis une trop forte tête j’imagine.

Par contre j’ai été témoin de choses assez dégueux. Par exemple la jeune ado qui joue une elfe sexy. Peut-on lui reprocher quand on voit comment les images qui nous sont proposées dans les jeux et les films…

Bref ces jeunes filles qui jouent une elfe en profitent, sans s’en rendre compte, pour prendre contrôle de leurs corps, apprendre à s’apprécier, se trouver belle et sexy. GÉNIAL !

 Jamais dans son quotidien elle n’aurait oser se vêtir de la sorte…
Le GN est justement un lieu sécuritaire pour ce genre d’apprentissage.

Enfin il devrait l’être…

Mais voilà que des hommes plus âgés se mettent à tenir des propos du genre :  »Elle demande rien que ça »  »Elle veut se faire vi*l*r et quand ça va lui arriver elle l’aura mérité… »

Bref, viennent scrapper tout ça. J’avoue que j’aurais dû réagir, mais j’étais encore nouvelle dans le domaine, et je ne savais pas trop comment réagir.

Mais bref, mon message est le suivant : Messieurs et mesdames, nous nous devons d’agir pour tous et toutes !

Je déteste les expressions qui laissent entendre que les femmes peuvent être faciles ou pas. Si la femme est facile c’est que l’homme aussi l’est ! Merde !

Rebref, les hommes soyez un peu égoïstes (oui oui je viens d’écrire cela!) Et dites-vous que si vous traitez les femmes avec un minimum de respect et dignité elles vont pouvoir d’Épanouir dans la confiance et l’acceptation de leur corps et en bout de ligne vivre une belle et saine sexualité dont vous pourriez profiter !


Traumavertissement – tentative de vi*l.

Ya 3 ans en GN j’ai dû intervenir parce que 3 joueurs étaient en train de saouler une joueuse américaine et sa commençais a planifier comment la ramener à leur tente. J’ai dû physiquement intervenir pis ramener la joueuse a son camp.

Pour vrai gardez l’œil ouvert sur ce qui se passe autour de vous.


Traumavertissement – violence physique

15 ans et plus de gn ici. C’est pas les anecdotes qui manquent mais en général j’ai eu de la chance. La pire a été avec un gars justement très sexiste dans un gn ya très longtemps. Qui se gênait pas pour dire aux gneuse que leur place est au bordel ou dans cuisine. Nos persos ont été amené à s’affronter à l’épée devant une bonne gagne et ben je l’ai battu. Le gars a donc décidé de me montrer comme il est fort et ma soulever de terre ( sérieux chui mini pis le gars était grand et fort!!! Je touchais pu à terre) avant de me lancer de toute ses forces au sol dans la boue. Ça a fait fucking mal, le gars a été sortie du gn mais avec du recul j’aurais dû porter plainte à la police.


Traumavertissement – agression sexuelle

Je vais à des GNs où le sexisme n’est pas toléré et malgré le travail de l’organisation à cet effet à un GN il y a 2 ans, je me suis tout de même fait agresser pendant que j’étais seule, par un gars que je connaissais depuis plus d’un an et que je croyais de confiance, plus grand et significativement plus lourd que moi, malgré que je disais non à répétition. Heureusement ça n’a été « que » m’embrasser de force et me faire des attouchements, mais n’empêche, ça m’a mis de travers sur un *sti de temps. Parfois, juste à y penser, je tremble encore parce que je sais pertinemment bien que ça aurait facilement pu être bien pire que ça. Et la cerise sur le sundae c’est que ce gars-là se considérait plus important que moi en combat même si je frappais plus « fort » que lui et que mon arme ne pouvait pas briser, contrairement à la sienne.

Ultimement c’est la pire de mes histoires, mais très loin d’être la seule. Le sexisme est bel et bien présent en GN et le silence face à des actions et paroles sexistes prône pour ne pas « causer de la chicane » ou « briser le jeu ». Mais il serait plus que temps que tous cessent ce silence et causent du malaise à ceux qui refusent de respecter les femmes avez qui ils partagent le jeu. Ça ne devrait plus être aux femmes de ravaler leur malaise au profit du confort des trous de c**.


Dans un échange en jeu, un homme m’a traité de « pauvre conne mal baisée de 16 ans » sur un forum. Je jouais une matrone drow, donc mon personnage n’avait évidemment pas 16 ans: l’insulte s’adressait à la joueuse (j’avais 16 ans à ce moment-là) plutôt qu’au personnage. Personne n’a pris ma défense.


Traumavertissement – mention de scène de vi*l

Outre le classique d’avoir l’impression de devoir bouger des montagnes par moment pour conserver le pouvoir politique que j’ai acquis et de devoir expliquer à mon copain qui est mon second les dégâts que ça fait à ma crédibilité lorsqu’il me contredit ou dit « mais tant qu’on ne vous pogne pas c’est ok », j’ai vécu quelques moments qui m’ont dégoûtée.

C’est assez rare lorsque quelqu’un joue une relation ou une scène plus osée que la personne me demande à moi si je suis correcte avec ça. En fait, presque systématiquement les gens se retournent vers mon copain pour lui demander. Quand j’ai commencé à m’en rendre compte ça m’a mis tellement en rogne. Comme si son opinion était plus importante que la mienne. Comme s’il fallait qu’il approuve que je flirt avec quelqu’un en jeu et qu’on avait pas déjà discuté de ça. Certain dirons que c’est par respect pour notre couple. Mais JAMAIS le contraire est arrivé. Personne n’est jamais venu me demander si j’étais ok, même lorsqu’il flirtait avec d’autre (tous sexes confondus) ou a persuadé par son roleplay une salle de personne qu’il n’était plus avec moi et qu’il flashais sa nouvelle blonde (j’avais demandé à une amie de jouer un personnage que j’avais créé dans son background).

Et cas qui m’a fait le plus cringe, c’est celui ou un animateur a continué une scène (narré) avec le personnage d’un joueur qui devait partir et qui a fini en ce qui peut se considérer un vi*l (attouchements forcés…). Et a nié qu’il s’agissait d’une scène de vi*l.

Je sais qu’il arrive pire. Je sais que je suis somme toute bien entourée, mais ça reste un irritant permanent.


J’assiste à un GN en début juillet 2020. On se fait dire que le GN a les autorisations et que les mesures sanitaires seront respectées, les organisateurs et les animateurs en ont jasé et ils se sont entendus sur les mesures à respecter… On arrive sur le terrain, pas d’eau, personne ne porte de masque, tout le monde se fout de la distanciation (sauf la photographe qui essaie d’avertir le monde de pas l’approcher) et il y a 2 bouteilles de désinfectant pour le loot, pour tout le terrain. Finalement on apprend que la municipalité avait pas été avertie de l’évènement pis que la seule autorisation réelle qu’il y a eu c’est le propriétaire du terrain. Aucune autorisation non plus de la police ou de la CNESST. Pas moyen de savoir si ya réellement eu les autorisations parce que personne réponds quand on pose la question. À la fin du GN l’organisateur félicite les joueurs de ne pas avoir respecté les consignes de distanciations (wtf).  De ce qu’on a compris l’organisateur profite du fait que les armes du GN sont des airsofts pour se présenter comme « activité de airsoft » plutôt que comme GN pour contourner les exigences sanitaires des GN, mais il respecte pas plus les exigences des activités de airsoft…

Le plus gros malaise ça été autour du feu ce soir là, quand une fille vient pour se réchauffer pis l’organisateur lui dit qu’il est « donc ben content qu’elle ai pas respecté la distanciation pis les mesures sanitaires pis qu’elle se soit forcé pour que ce soit le fun pour ses joueurs ». La fille, la photographe qui a passé son GN à essayer de pas se faire toucher par le monde, essaie de lui expliquer qu’elle était vraiment pas à l’aise pis qu’elle voulait pas que le monde s’approche d’elle. Pis lui ben il lui coupe la parole pis lui sort un « non tu comprends pas, je suis VRAIMENT content que tu ais pas respecté les règles », en s’étant fait exposer clairement le fait que tous les gens qui se sont approchés d’elle l’ont fait contre son gré!!!


Je vais dans un événement médiéval depuis 2002. Je suis cheffe de guilde, j’ai aussi été à maintes reprises générale d’armée (de fronts de plusieurs centaines de personnes parfois). J’ai souvent dû jouer du coude pour arriver à me tailler une place et même une fois ma réputation acquise, j’ai souvent eu à rejouer du coude pour la maintenir.

Malgré ces années d’expérience, après un petit moment avec un nouveau copain, les gens ont commencé à m’associer à sa guilde. Malgré que je sois cheffe de ma guilde et très bien connue (ma guilde l’est aussi très bien).

À la blague, je dis parfois « on l’sait ben, (anonyme) crie tout le temps ». Dans les faits, j’ai appris à travailler et projeter ma voix pour être entendue sur le field (une voix aiguë, avec le coffre que j’ai, porte moins et je scrappais/perdais ma voix en criant mal). Mais dans les faits, je sais que certains le pensent avec sérieux.

Des anecdotes de mains déplacées (tu sais lors d’un 2 becs de bonjour, cette main qui descend plus bas que la taille dans le dos ou sur la hanche en te flattant…) m’ont fait développer des réflexes avec certaines personnes de sortir les coudes et me placer en angle pour ces dits 2 becs (aujourd’hui je ne me gênerais plus pour le dire mais à l’époque j’étais moins assurée).

Encore là, je suis chanceuse car avec mon « aura » distante, je me suis probablement évité plusieurs situations que d’autres filles ont vécues.

Ceci dit au fil du temps, la situation s’améliore (il n’y a plus de concours de beauté féminine depuis plusieurs années) mais il reste du chemin à faire. Bon je pourrais en parler longtemps mais…

J’ai aussi eu la chance d’avoir des alliés masculins. Les gars, votre support est important là-dedans. Le fait de se faire dire par un confrère « dude, t’es pas drôle, c’est faussement viril, tu veux prouver quoi » peut aider par le peer pressure. Ça compte!


Traumavertissement – harcèlement sexuel, langage putophobe, slutshaming

Quelques expériences que j’ai vécu en tant que joueuse m’ont montré qu’on a encore beaucoup de chemin à faire au niveau du sexisme en GN, malheureusement. Dans un premier GN ou j’allais il y a quelques années (trop la flemme de compter sincèrement) plusieurs filles se sont fait harceler par 2-3 joueurs de 18 à 25 d’une même gang (je précise aussi qu’il s’agissait d’un GN pour les gens de 14 ans et plus donc plusieurs jeunes femme de 14 à 18 ans présentes sur le terrain). Je me souviens que la gang d’animateurs/trices /organisateurs sur le terrain était au courant et qu’ils n’ont jamais agis malgré le nombres de dénonciation qu’il y a eue (j’ai quitté ce GN après avoir parlé à l’organisation et m’être fais dire : bin là, c’est juste des niaiseries, reviens en) … je sais qu’a ce jour ce GN est fermé et que les organisateurs n’en font plus ainsi que le groupe d’harceleur.

Deuxième expérience vraiment désagréable: me faire traiter de sale aguicheuse , de salope et autre noms pas trop agréables par des joueurs et une joueuse parce que moi et un de mes excellent ami  »flirtions » in game ( et ce avec consentement des deux partis pour des réplique un peux  »salées mais pas déplacées » et quelques inuendos par-ci par-là) et que j’avais par la suite rabroué quelques joueurs au mains baladeuses et au commentaires déplacés ( notez ici dans un contexte de GN de majoritairement 18 ans et plus).

Troisième affaire: me faire dire par des comparses : toi tu viens pas avec nous autre , c’est sûr qu’à l’allure que t’as tu sais pas te battre pi tu sers juste à faire belle…

Ohh et j’ai oublié, me faire dire par un gars pendant un GN que j’avais donc  » des bin belles et grosses boules avec mon corset pi mon chandail pi qu’il irais bin y mettre ça face… voir la photo de mon costume ci-dessous, pas pendant le même gn, mais j’avais pas mal le même costume dans quelques GN et que mon perso était une femme de noblesse dans le GN ou j’allais…

Ça c’était juste quelques expériences, ce serait beaucoup trop long de toutes les écrire…


Le nombre de fois où on ne se fait pas prendre au sérieux et où on ne nous écoute pas. Le nombre de fois où on donne des idées valables et qu’elles ne sont pas entendues. Le nombre de fois où je me suis fait dire de me calmer parce que mon rp était trop intense. Le nombre de fois où on se fait dire qu’on est juste trop émotives. On a du chemin à faire!


Ça fait quelques années mais je me souviens clairement de l’époque où certains animateurs de différents GN s’échangeaient une liste des filles avec qui ils avaient « fourré » en spécifiant lesquelles étaient « faciles » à pogner. Ouain… pis évidemment les filles sur la liste passaient par toutes les appellations de slutshaming imaginables.

Traumavertissement – mention de vi*l

Un gars dans un GN qui m’averti que sur un group-chat sa gang de chum est en train de parler de simuler une scène de vi*l sur mon personnage. Pis tsé, il m’a averti mais il est pas intervenu sur la conversation pour dire à son chummy que ça avait pas d’allure.
J’ai dénoncé à l’organisation du GN en question. Il n’y a eu absolument aucune conséquence.
Pour vrai c’est qui le criss de cave qui se dit que c’est une bonne idée de faire ça??


Traumavertissement – pédophilie, sexualisation de personnes mineures, slutshaming

Premier GN, j’avais 15 ans. Je vais dans un GN de Québec qui se passe le vendredi soir et qui dure toute l’été. Au fil de l’été mon personnage se retrouve à être recherché par les « méchants » et je me fais capturer. Le gars qui me capture, il doit avoir 17-18 ans, me pogne, me monte sur ses épaules (j’ai un terrible vertige, il s’en torche complètement) et me MORD LA CUISSE! Heureusement quand j’ai porté plainte ça a été pris au sérieux et il a été exclu de l’évènement pour le reste de l’été, mais ça reste enrageant parce que je suis certaine à pas mal 100% qu’il n’aurait rien fait de ça si j’avais été un gars.

Même GN, l’année suivante. Je suis cheffe d’un groupe majoritairement féminin et deux d’entre nous avons décidé de nous fabriquer ce que nous avons déterminé comme étant le costume traditionnel de notre famille. Le costume est légèrement révélateur (jupe-short un peu courte et camisole). Du à mon très fort caractère, personne n’a jamais osé me passer de commentaire, par contre les gars ne se gênaient pas pour en passer sur ma coéquipière et des choses du genre « en tout cas c’est pas elle qui paye ses études » lancé par des gars adultes, j’en ai entendu en masse. À noter que ça paraissait qu’elle avait 14 ans et que beaucoup des gars qui se permettaient de commenter étaient majeure. C’était vraiment dégueu.

La même année, un joueur, ancien animateur de ce GN là, un gars de maybe 22 ans qui joue un personnage super agressif, joue une scène avec une de mes coéquipières et finit la scène en mimant de la giffler et en la traitant de « sale pute ». Le gars a plus que 10 ans ans, la fille en a 14 et c’est un GN qui sert à présenter le jeu de rôle aux personnes mineures. TRÈS ordinaire mettons.

Ce GN là n’a pas que du mauvais là, mais c’est l’endroit où j’ai été témoin du plus d’incidence d’homme adultes qui passaient des commentaires ouvertement sexualisants sur des filles mineures, où j’ai vu des hommes adultes draguer des filles mineures en toute impunité et s’afficher en couple avec celles qu’ils réussissaient à séduire. Il y avait même une expression blagueuse pour qualifier ce que ces homes-là faisaient, les « pédo-points ». Honnêtement à l’époque j’étais pas encore assez allumée pour réaliser à quel point c’était wrong tout ce qui se passait. Aujourd’hui j’y repense et je frissonne.


Traumavertissement – attouchement non consenti

Je jouais la tavernière dans l’auberge (kinda l’assistante-gérante if you will). Je jouais un personnage avec une autre allégeance que le proprio de l’auberge et il s’était mis en tête (le personnage) d’épouser mon perso pour la faire changer de camps. J’ai joué le jeu, it was all fun and games. Je l’envoyais paître, il était déçu, il revenait à la charge une prochaine fois. Là où ça dépassé les bornes, c’est quand mon personnage (qui détestait les jupes parce que c’est dans le chemin) a dû en mettre une et l’a donc raccourcie au dessus du genou pour pouvoir quand même circuler avec aise. Quand je suis allé m’asseoir à mon poste, derrière le bar, au côté de mon « boss », il a mentionné que les jupes m’allaient vraiment mieux (précision que les femmes dans son peuple ne portaient pas de pantalons, facke j’ai pris ça pour yet again un commentaire sur mon allégeance). Là où y’a eu un problème, c’est qu’il à ensuite décidé de me mettre une main sur la cuisse (nue je rappelle) et passer un commentaire salace (je ne saurais te dire quoi). Le commentaire faisait parti de notre jeu, facke je m’en offusque pas, mais la combinaison du touché non consenti et du commentaire… En tk, je lui ai fait les gros yeux et il a tout de suite compris. On s’est expliqué plus tard et tout est bien fini, mais j’en reviens pas encore qu’il ait cru que c’était correct.

Sinon, y’a aussi, à ce même GN, les commentaires déplacés des hommes de la factions disons « traditionnelle conforme médiévale » envers les femmes de toutes factions confondus, mais surtout les « non conformistes ». Et ceux des clients de l’auberge à mon endroit en tant que tavernière. Les choses ont beaucoup changées à ce GN de ce que je sais, le changement d’histoire à aidé (facke plus de faction conformiste VS les autres), alors c’est cool!


Fille: hey on va au village faire la fête.
Gars: ouais tu pourras t’asseoir sur mes genoux autour du feu..

Fille: whow, il est cool ton costume!
(Un orc) Gars: si tu voyais ce qu’il y a dessous…


J’ai un point qui m’a causé un malaise dernièrement. Dans un GN qui se présente comme féministe, il est toléré que 2 joueurs apportent un roleplay de violence conjugale classique et stéréotypé, même si c’est entre eux et choisi par eux 2, c’est public et dans la face de joueurs qui pourraient mal le vivre. Je suis consciente que plusieurs ne verront pas l’inconfort, personnellement j’avais tendance à penser qu’un GN affiché féministe serait peut-être plus proche d’un safe zone et qu’on se ferait pas remettre dans la face la réalité sexiste du monde. Je choisi se genre de GN justement pour avoir un break, et en général il n’est pas si mal, mais il y a quand même des glitch. Peut-être que mes attentes sont trop hautes.


Traumavertissement – grossophobie

Moi fille ronde qui porte un corset = ça passe pas (plainte pour indécence)
Femme plus filiforme: aucun commentaire

Donc les mêmes vêtements, de grandeur appropriée sur une femme plus en courbe vs une femme plus filiforme ca passe pas….quand j’ai mentionné ça et qu’on disait rien face aux femmes ou filles moins rondes ou filiformes, habillées presque toutes nues mais qu’on disait rien j’ai réussis à gagner mon point.

Perso je m’en calisse de comment elles s’habillent mais ça doit être égal pour tout le monde.


Gars, en apparté (en jeu) avec ses chums un peu plus loin: « Ça ne peut pas être une générale, c’est un femme; les femmes sont émotives et ne peuvent pas prendre les bonnes décisions sur un champ de bataille. »

On m’a rarement vu pogner les nerfs après quelqu’un de cette manière. Évidemment, toujours en jeu, avec des arguments basés sur des exemples de l’univers de jeu. Parce que le hors-jeu était aussi un élément qui faisait partie de leur communauté… Ce fut le dernier (mais pas le premier – c’est juste que celui-là il était de trop) commentaire du genre qu’il a dit où j’étais présente.


Pendant quatre ans, j’ai joué une matrone elfe noire. Aucun gars n’a osé me faire une commentaire sexiste à distance d’oreille. Sauf que j’avais des bottes plateforme qui me donnait six pieds et une cravache longue d’entraînement équestre à la main. Et je m’en servait! Par contre, une soirée à jouer un NPC « déesse » m’a servi tout un lot de commentaires vraiment louches de la pars de gars random que je n’avais jamais vu de ma vie. Well: cravache is my friend now!


Des commentaires dégradants et rabaissants comme quoi la seule raison pour laquelle je garde mon personnage c’est parce que les gars me trouvent cute, pas parce que j’ai un bon jeu.

Des commentaires bien emplis de mysogynie interiorisée des copines des joueurs comme quoi la seule bonne chose que j’amenais au GN c’est une occasion de fourer…


Traumavertissement – agression sexuelle

Mon premier GN à vie, je connais 4 personnes au total et 3 d’entre eux sont absents. J’ai 25 ans, mais également un trouble d’anxiété que je ne reconnais pas encore. Un loup-garou (NPC) attaque la petite bâtisse où je me trouve, je me réfugie dans la vigie. Il grimpe aussi, attaque une autre personne se trouvant également là. Puis, il s’approche de moi qui tremble (ig) contre la palissade, n’osant pas (ig) me retourner. Il s’arrête tout près de moi et ne bouge pas, puis commence à me caresser la joue. Je joue une Tabaxie, c’est peut-être ça qui fait qu’il ne me tue pas? Il ne dit rien, je ne comprends pas trop ce qui se passe (hg). Un moment plus tard, il se met partiellement derrière moi, extrêmement près, me tient les épaules et donne des coups de bassin contre ma cuisse/fesse en poussant des grognements. Ça continue quelques instants, probablement moins de 30 secondes, puis il fait semblant de « finir ». Il me lâche et repart.

Je n’en parle pas, je me sens bizarre. L’autre personne dans la vigie avec moi me demande ce qu’il a fait, je le lui décris. Il est jeune, 16 ans je crois. Il fait une moue de dégoût mais ne comprend visiblement pas plus que moi la sévérité de ce qui vient de se produire; lui aussi en est à ses débuts de GN. N’empêche, je me sens sale et je perçois que lui aussi. Nous ne savions pas encore que ces comportements n’étaient pas tolérés.

(À mon deuxième événement, j’ai pu en parler à des joueurs d’expérience qui m’avaient accueilli dans leur groupe et ils m’ont aide à porter plainte. Je ne sais pas si ça a fait effet, mais l’animateur en question n’a jamais été revu par la suite.)


Traumavertissement – mention de vi*l

Quand j’avais 18-19 ans ont m’a déjà pris en otage dans un gn pour me garder dans une prison, genre réellement barrée. Les règlements du gn stipulent que les otages doivent êtres libérés si lea joueureuse ressent un inconfort, le personnage meurt et lea joueureuse quitte.

Le groupe qui m’avaient pris en otage a refusé de me faire sortir et ont fait des allusions de vi*l. Ont m’a dit que si je voulais sortir de la cellule ça allait en prendre plus que ça. Je suis une survivante d’agression. J’ai aucune idée de combien de temps je suis restée là, mais j’avais vraiment peur. Je me suis mis à pleurer après je sais pas combien d’allusions/calls dégueulasses. Quelqu’un a fini par me dire que je pouvais partir. J’en ai pas parlé vraiment parce qu’on ma dit que c’était moi qui était susceptible.


Le classique « les filles savent pas se battre. » J’lui ai pointé une guerrière géniale qui était dans l’arène, et même si je m’identifie pas comme fille je lui ait montré mon épée à ma ceinture comme « si tu y crois, tu veux un combat? » Bien-sûr y m’a ignoré et a continué. Ça et le nombre de commentaires déplacés/malaisants que j’ai entendu des gars dire.


On va s’le dire, j’ai une ostifie de bonne poitrine. J’porte du G pis mes seins ont pas mal été mon némésis toute ma vie. Mais comme le trois quart des filles de GN, j’aime ça les corsets. J’aime ce que ça fais pour ma taille, pis j’ai l’impression qu’en GN, les deux règles sont que t’ais du fun pis qu’on se trouve beaux pis belles dans nos costumes. Sauf que tabarnak, le nombre de commentaires qui se font quand j’ai le malheur de porter un corset avec le moindrement de cleavage. Y a fallu que je me pogne un chandail en dessous qui s’attache dans le coup pour avoir la criss de paix. Pis les commentaires venaient pas juste des hommes, y avait des femmes aussi. Tsé si t’es mon ami, m’a la rire ta joke sur mes grosses boules, mais tabarnak si jte connais pas, pis que t’as même pas l’osti de décence de me regarder din yeux quand j’te parle là…


Traumavertissement – scène de vi*l

Je ne peux pas dire qu’après toutes ces années de gn je n’ai pas vu de commentaires ou d’actes sexistes mais rarement complètement déplacés. On se dit tout le temps que c’est en jeu et qu’en ce sens c’est permis… surtout en grandeur nature adultes. Bref, le plus marquant qui m’a tanné c’est un gars qui revenait toujours en commentaires sur mes fesses (c’était il y a plusieurs années). J’en suis venu à ne plus porter de pantalon trop moulant. Une scène de vi*l, on ne m’a même pas touchée… je pense que les gars qui n’avaient pas eu cette idée se sentait bien mal à l’aise face à cette scène qui n’a durée que quelques secondes.


Traumavertissement – agression sexuelle, gaslighting, slutshaming, protection d’agresseur

Le photographe du GN qui me propose des positions indécentes pendant un photoshoot et qui n’arrête pas même si je lui dit que je ne suis pas à l’aise. Il entrait dans ma bulle, faisait des sous-entendus déplacés et disait qu’il allait garder certaines de mes photos pour lui-même.
Cette même personne « s’essaie » sur moi alors que je suis en état d’ébriété, me fait carrément des attouchements sexuels, la nuit, alors que nous sommes en train de nous déplacer vers un autre groupe. Je ne connaissais pas le chemin et je me fiais à lui. Le trajet devait prendre 15 minutes, ça en a prit 45 et il a profité du fait que je ne connaissais pas le chemin pour nous faire passer par des chemins plus éloignés.

Quand il a commencé les attouchements j’ai crié et il a commencé à me blâmer en disant que si je l’avais suivi c’est parce que j’étais down, que je lui faisais les yeux doux, etc. Lui pis un de ses amis on lancé un salissage sur moi pour faire comme si c’était de ma faute ce qui s’est passé. Depuis j’ose plus aller dans les GN où il est photographe.

Au même GN il y a un autre joueur qui a carrément essayé de me doigter pendant que je dormais dans le même dortoir que lui, lui aussi il a dit que c’était ma faute à cause de la « manière dont je le regardais ». Cet incident là m’a vraiment blessé parce que ce joueur était quelqu’un que je considérais comme un de mes amis mais finalement c’était juste un prédateur. Quand j’ai essayé de le dénoncer, lui pis ses chums ont lancé plein de rumeurs dégueulasses à mon sujet pour me faire passer pour une « salope » pis faire comme si les deux gars avaient aucun tord dans cette histoire là, mais j’ai jamais consentis à quoi que ce soit! Et ya autant des gars que des filles qui ont participé à cette campagne de salissage-là, ça a vraiment fait mal.

Ça a tellement corrompu le lien que j’avais avec le monde du GN. Aujourd’hui encore, malgré toutes les réalisations que j’ai eu et le travail que j’ai fait sur moi, je mentirais si je disais que d’aller jouer au jeu que je préférais par-dessus tout ne me rendait pas anxieuse. Je suis anxieuse des regards masculins sur moi et je suis anxieuse de ce que les femmes penseront de moi si je joue trop avec les hommes.

J’ai été tellement invectivée et blessée par les insultes qui se disaient dans mon dos, surtout que des personnes que je pensais être mes amies y participaient. Je pourrais écrire longtemps sur les conséquences que ça a eu sur moi, même en dehors du cadre du GN. Genre dans ma relation amoureuse, sur ma confiance et mon estime personnelle, etc.
Il m’a fallu décrocher et prendre beaucoup de recul avant de me relancer et heureusement j’ai pu trouver les bonnes personnes pour moi, qui m’ont fait savoir qu’elles ne me pensaient pas comme je suis étant donné l’image qu’on faisait véhiculer sur moi.

Pour certains ça peut paraître niaiseux, mais pour moi ça a été quand même troublant et malgré ma résilience ça me faisait beaucoup de peine de savoir que des gens que j’estimais aient pu penser que j’étais une « slut » et que j’allais dans les GN pour fourrer, alors que j’y allais avec mon chum. Mon chum que c’est moi qui a emmené en GN, pas l’inverse, pour lui faire découvrir ma passion.

Cet incident là m’a décrissé pour vrai.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s